DU SAVOIR À LA MORALE

140

Avec l’évolution des  moyens de communication, le partage de savoir à travers les contenus écrits et visuels s’est énormément développé ainsi le savoir est devenu un grand pouvoir pour atteindre les objectifs souhaités et résoudre de nombreux problèmes. Il est vrai qu’aujourd’hui, le pouvoir du savoir et nos connaissances ont augmenté considérablement par rapport au passé. Cependant, il est aussi vrai qu’en raison d’évolutions négatives dans de nombreux domaines comme les troubles dans la vie individuelle et sociale, la détérioration de l’équilibre de la vie sociale, les violations des droits de l’homme, la pollution de l’environnement, le monde devient de plus en plus invivable. De plus, les moyens d’information et de communication ne sont pas utilisés à bon escient conformément à leur but initial ; s’étant transformé en un secteur de divertissement, une pollution informatique a commencé à dominer le monde. En d’autres termes, l’augmentation et la facilité d’accès à l’information n’a pas apporter la bienfaisance attendue pour l’humanité. Aujourd’hui l’une des questions sur lesquelles il convient le plus d’insister est sans aucun doute la dimension morale de la relation homme-savoir. La combinaison du savoir et de la morale et le fait que le savoir prend sa place dans l’axe des valeurs morales conserve son importance vitale pour l’humanité aujourd’hui, comme elle l’était hier.

Le savoir est une valeur qui ne vieillit jamais. Le fait de transférer notre savoir dans notre vie et l’embellissement de la vie sous la lumière du savoir est une vertu morale très précieuse. Parce que le savoir seul ne suffit pas; ce qui est important c’est de transformer les connaissances en action/réflexion, de les intérioriser et de les changer en comportements. C’est pour cette raison que l’éthique du savoir, le sujet de comment et dans quel but le savoir est utilisé devrait avoir autant d’importance que l’éthique du travail et l’éthique du commerce. Notre religion ne valorise pas le savoir qui n’apporte pas de bienfaisance au niveau individuel ou social, qui peut être utilisé comme un outil pour éroder nos valeurs et idéaux communs et qui a des valeurs morales négatives. Notre religion veut que le savoir conduise à la sagesse; elle condamne ceux qui ne transforment pas le savoir en un mode de vie vertueuse. Notre Prophète bien-aimé (sws) a cherché refuge auprès d’Allah contre le savoir qui ne profite ni à soi ni à l’humanité. En tant que membres de la dernière religion divine, nous devons enrichir notre religiosité de connaissances, d’amour et de moralité, la rendre plus englobante et la transformer en conscience comportementale. Parce que nous sommes les disciples d’un prophète qui est le plus bel exemple de toute l’humanité.

Un savoir pétri de valeurs morales et orienté vers le bien, accompagné de la moralité n’est pas seulement le besoin des musulmans, mais le besoin de toute l’humanité. Aujourd’hui la solution de nombreux problèmes rencontrés à l’échelle mondiale dépend du recours au pouvoir du savoir et des valeurs.

Ali BARDAKOĞLU

BEĞEN