Le 9ème “ Conseil Eurasien de l’Islam”, organisé par la Présidence des Affaires Religieuses prit fin.

 

Le Conseil, intitulé « L’Islam en Eurasie, Union et Solidarité Contre l’Exploitation de la Religion et Perspectives Futures », et organisé à Istanbul avec la participation de 120 représentants venant de 33 pays aborda les thèmes suivants sous forme de forums, « L’Avenir de l’Islam en Eurasie et les Mouvements Exploitant la Religion », « Les Institutions Produisant les Savoirs Religieux en Eurasie », « Les Nouveaux Médias et l’Exploitation de la Religion », « Le DAECH : Mouvement de Violence et de Menace Mondiale », « Les Retombées du Mouvement FETÖ, Menace Mondiale, en Eurasie » «et « Les Moyens de Prévention de l’Exploitation de la Religion et Propositions de Solutions ». Suite à l’évaluation et au traitement de ces thèmes, le Conseil prit fin avec la lecture du compte-rendu du Conseil réalisée par le Président des Affaires Religieuses, le Prof. Dr. Mehmet Görmez.

 

Le Président Görmez lit le compte-rendu du Conseil qui dura pendant quatre jours et partagea avec le public les points suivants ;

 

FETÖ ne peut être qualifié de ja’mah religieuse…

 

Suite au “Conseil Religieux Extraordinaire” organisé en août par la Présidence des Affaires Religieuses, les décisions prises lors de ce Conseil furent débattues par les membres du Conseil Eurasien de l’Islam et un accord fut parvenu au sujet des contenus des articles. Il fut décidé à l’unanimité que FETÖ ne pouvait nullement être qualifié de ja’mah religieuse véritable en raison de leur appartenance aux viles relations ayant  pour but d’instrumentaliser l’Islam et ses valeurs religieuses avec le temps, en raison de leur désir de trouver légitime tous les moyens pour parvenir à leurs objectifs, pour avoir détérioré les bases de la morale et des cultes religieux en les déracinant et en les endommageant de leur base naturelle, pour avoir vidé et rendu dénué de sens les concepts religieux, bien que FETÖ soutint dans les commencements qu’ils représentaient un mouvement au service des populations. FETÖ est une organisation terroriste fondée sur l’exploitation et les intérêts, devenue une puissance, camouflé par un habit religieux, aux connaissances religieuses erronées, divisant l’unité de la oumma musulmane, violant le droit public et des individus, abusant des cultes tels que la zakat et la sadaqa, détruisant les paroles de la vérité, kalima-i tawhid, au nom du dialogue.

 

FETÖ ne pourvut les attentes, les espoirs se focalisant sur l’Islam FETÖ devint l’initiateur des expressions religieuses déformées…

 

FETÖ ouvrit des écoles et mena différentes activités dans la région eurasienne pour soit-disant apporter l’identité musulmane anatolienne et remplir le vide éducatif causé par le démantèlement du Bloc de l’Est dans la région eurasienne. Les institutions créées étaient une partie, les mécanismes d’un projet visant à réaliser des aspirations politiques dissimulées. Au final, FETÖ n’apportera nullement une véritable connaissance de l’Islam ni l’enseignement, ces populations furent dans la désillusion totale, leurs attentes spirituelles motivées par l’Islam ne furent nullement pourvues, ces populations furent profondément déçues et un savoir religieux erroné, falsifié leur fut inculqué.

 

Comprendre les erreurs et les égarements est la plus grande des vertus. La porte de la repentance est toujours ouverte…

De nombreuses personnes aux sentiments sincères, éprouvant de la sympathie pour cette organisation éprouvèrent un grand regret et coupèrent court leur relation avec cette organisation en raison de toutes les douloureuses expériences vécues. Il est évident que toute personne dotée de lucidité, de clairvoyance se tiendra éloignée de ces centres effroyables. Se rendre compte de ses erreurs et et de ses égarements est la plus grande des vertus. La porte de la repentance est toujours ouverte.

 

Bien que FETÖ et le DAECH semblent opposés dans leurs discours et leurs activités, en réalité ce sont des centres malveillants s’alimentant mutuellement…

Les organisations telles que le DAECH et El-Kaïda, n’ayant aucun antécédent, aucun fondement religieux, historique et sociétal dans les pays de la région eurasienne et basant leurs actions sur le Coran et la Sounna, sont des organisations terroristes déformant le Coran et la Sounna. Ces organisations ont à la fois endommagé les concepts religieux traditionnels de ces régions eurasiennes et se sont également efforcées de rassembler constamment des hommes à leurs organisations. FETÖ se prépara un terrain en présentant un “Islam modéré” par l’intermédiaire des concepts tels que le dialogue, l’indulgence, l’amour et la paix face à ces organisations radicales. Bien que ces organisations paraissent opposées, elles se nourrissent entre elles et sont en réalité des centres malveillants instrumentalisant les sentiments nationaux, religieux, humains et les valeurs des hommes par différents moyens pour leurs propres objectifs finaux. Ainsi, elles se retrouvent dans leur tentative de briser l’union, la solidarité des populations musulmanes, de créer des divisions religieuses, des conflits, le désordre, le chaos au sein des populations musulmanes pour préparer ces pays et les soumettre à l’invasion.

 

Il faut éviter les explications et les interprétations religieuses menant vers tous conflits religieux, ethniques et doctrinaux. Toute appartenance mise au dessus de l’appartenance religieuse doit être rejetée…

 

Les écoles de la jurisprudence et les écoles orales émergeant des communautés musulmanes au cours de l’histoire, ces écoles approuvées par les musulmans expriment la diversité et la richesse scientifique existant dans la culture musulmane. De ce fait, il faut donc éviter les explications et les interprétations religieuses menant vers tous conflits religieux, ethniques et doctrinaux. Toute appartenance mise au dessus de l’appartenance religieuse doit être rejetée.

Une conscience commune doit être formée afin de lutter contre toute expansion idéologique et contre toute doctrine ne concordant pas avec le tissu historique, social et religieux de la région eurasienne…

Depuis les premiers temps de l’Islam, l’Eurasie, de la Transoxiane aux Balkans, façonnée par la sagesse et la science, est région de la civilisation dont la tradition est ancrée dans la voie principale de l’Islam. Des travaux efficaces doivent être conduits, une conscience commune doit être formée afin de lutter contre toute expansion idéologique et contre toute doctrine ne concordant pas avec le tissu historique, social et religieux de la région eurasienne. Le Conseil Eurasien de l’Islam doit être considéré tel une opportunité importante d’une éventuelle collaboration à une époque où des divisions basées sur les doctrines, les ordres religieux surviennent dans de nombreuses régions du monde musulman. Parce que lorsque les pays du Conseil Eurasien de l’Islam sont pris en compte, la protection et le renforcement de la religion, les similitudes culturelles, l’harmonie des communautés musulmanes dans ces pays représentent une garantie importante contre les divisions intra-civilisationnelles dans le monde musulman.

Des activités islamophobes, jusqu’à demander de rendre compte du drame humain en Syrie des enfants musulmans vivant en Europe se transformèrent en une extrême hostilité à l’égard de l’Islam…

Une hostilité excessive, une haine, une inimité contre l’Islam vit le jour après le 11 septembre, menant des activités islamophobes, jusqu’à demander de rendre compte du drame humain en Syrie des enfants musulmans vivant en Europe. Il est une obligation de conduire des travaux, basés sur la sagesse, parlant une langue universelle pouvant éliminer les perceptions erronées de l’Islam et menaçant de plus en plus les champs d’existence des musulmans dans le monde.

 

Les groupes religieux pervertis, les mouvements se focalisant sur le terrorisme sont de plus en plus accessible sur internet et les médias sociaux, facilitant l’utilisation active par les jeunes musulmans de ces derniers…

De nos jous des centres idéologiques attrayants sont formés en utilisant les technologies de communication contemporains. Ces centres sont utilisés tels des outils pour l’exploitation de la religion en raison de l’intérêt et du penchant en particulier des jeunes générations pour la technologie. Les groupes religieux pervertis, les mouvements se focalisant sur le terrorisme sont de plus en plus accessible sur internet et les médias sociaux, facilitant ainsi l’utilisant active par les jeunes musulmans de ces derniers. Ainsi il faut protéger nos jeunes des viles propagandes dans le monde virtuel, revoir et renouveler les moyens et les services religieux classiques afin de trouver les moyens de transmettre les connaissances religieuses correctes par le biais des moyens technologiques. Il faut développer des projets sur du moyen et long terme dans le domaine de la presse religieuse et des médias. Dans ce contexte, les institutions religieuses doivent être renforcées et des connaissances religieuses justes et fiables doivent être développées. Une plateforme commune entre les membres du Conseil sous la direction de la Présidence des Affaires Religieuses (Diyanet), doit être formée dans le domaine médiatique.

 

 

Les évènements vécus lors de ces dernières années dans le monde musulman accentuent l’importance du Conseil Eurasien de l’Islam…

Les développements dans le monde musulman des dernières années accentuèrent l’importace du Conseil Eurasien de l’Islam. Le statut institutionnel du Conseil Eurasien de l’Islam doit être davantage fortifié, comme ce fut souligné lors des décisions des Conseils précédents, afin de renforcer l’efficacité et de développer la fonctionnalité du Conseil. Dans ce contexte, il fut décidé que les études du Secrétariat du Conseil Eurasien de l’Islam, Secrétariat, constitué à Istanbul, soit menées sous forme d’un programme afin que le Conseil Eurasien de l’Islam puisse continuer ses opérations et ses études. Il fut également décidé de constituer une commission d’exécution en complément, une Commission de Fatwa, une Commission des Services Religieux, une Commission de l’Enseignement Religieux, une Commission des Aides Humanitaires et des Actions de Bienfaisance et une Commission des Médias et des Editions Religieuses au sein du Conseil.

 

CLIQUEZ POUR ACCÉDER À L’INTÉGRALITÉ DU TEXTE DU COMPTE-RENDU

COMPTE-RENDU DU 9ème CONSEIL EURASIEN DE L’ISLAM

(11-14 octobre 2016-İstanbul)

Le 9ème Conseil Eurasien de l’Islam, organisé par la Présidence des Affaires Religieuses du 11 au 14 octobre, intitulé « L’Islam dans l’Eurasie, Union, Solidarité Contre l’Exploitation de la Religion et Perspectives Futures », auquel participèrent 120 représentants de 33 pays, eut lieu à Istanbul.

Le Conseil dont l’ouverture fut honoré avec la participation de Monsieur le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdoğan, eut lieu au Palais Dolmabahçe et cinq forums intitulés “L’Avenir de l’Islam en Eurasie et les Mouvements Exploitant la Religion », « Les Institutions Produisant des Connaissances Religieuses en Eurasie », “Les Nouveaux Médias et l’Exploitation de la Religion”, “Le DAECH – Menace Mondiale et Mouvement de Violence”, « Les Retombées du Mouvement FETÖ, Menace Mondiale en Eurasie », « Moyens de Prévention de l’Exploitation de la Religion et Propositions de Solutions » furent traités lors du Conseil.

Suite à l’infâme tentative de coup d’état vécue le 15 juillet 2016 en Turquie, la Présidence des Affaires Religieuses organisa un « Conseil Religieux Extraordinaire » pour s’interroger au sujet de la légitimité religieuse de l’organisation terroriste FETÖ. Certaines des décisions prises lors de ce Conseil seront partagées avec l’opinion publique. En se basant sur le 13ème article de ces décisions, il fut planifié d’aborder, lors du Conseil Eurasien de l’Islam, les organisations terroristes telles que FETÖ, DAECH exploitant la religion, semant la terreur, la zizanie, le désordre au sein de la société auxquelles l’Eurasie et le monde musulman sont confrontés.

Le développement d’une façon systématique de FETÖ, l’influence de son pouvoir dans divers secteurs, ses expressions religieuses et les dommages engendrés depuis un quart de siècle en particulier dans la région eurasienne, furent évalués de manière détaillée dans le cadre du Conseil. Le Conseil attira l’attention sur les potentiels dangers similaires pouvant affecter l’Eurasie suite à la douloureuse expérience, motivée par FETÖ, vécue en Turquie. L’attitude commune manifestée contre l’infâme tentatative de coup d’état du 15 juillet, par les intitutions religieuses en fonction de la Russie au Caucase, des Républiques Turques aux Balkans, solidaires avec la Présidence des Affaires Religieuses est porteuse d’espoir pour l’esprit d’union, de fraternité et de solidarité pour nos régions et le monde musulman.

Les membres du Conseil Eurasien de l’Islam exprimèrent clairement leur soutien au grand peuple turc dans leur lutte contre la tentative de coup d’état sanglante et contre l’infâme tentative d’invasion de FETÖ, perpétrée lors de la nuit du 15 juillet dont ils furent profondément peinés et affectés. Les membres du Conseil condamnèrent ceux qui tentèrent de perpétrer ce coup d’état, prièrent pour que la miséricorde d’Allah soit sur les martyrs ayant perdu la vie, prièrent pour un prompt rétablissement pour les ghazis blessés dans cet infâme événement. Les membres du Conseil présentèrent également leurs condoléances à notre peuple.

Il fut convenu par le Conseil de partager avec le public les points ci-dessous:

 

1.Suite au “Conseil Religieux Extraordinaire” organisé les 3-4 août par la Présidence des

Affaires Religieuses, les décisions prises lors de ce Conseil furent débattues par les membres

 

du Conseil Eurasien de l’Islam et un accord fut parvenu au sujet des contenus des articles. Il fut

 

décidé à l’unanimité que FETÖ ne pouvait nullement être qualifié de ja’mah religieuse véritable

 

en raison de leur appartenance aux viles relations ayant  pour but d’instrumentaliser l’Islam et

 

ses valeurs religieuses avec le temps, en raison de leur désir de trouver légitime tous les

 

moyens pour parvenir à leurs objectifs, pour avoir détérioré les bases de la morale et des cultes

 

religieux en les déracinant et en les endommageant de leur base naturelle, pour avoir vidé et rendu dénué de sens les concepts religieux, bien que FETÖ soutint dans les commencements qu’ils représentaient un mouvement au service des populations. FETÖ est une organisation terroriste fondée sur l’exploitation et les intérêts, devenue une puissance, camouflé par un habit religieux, aux connaissances religieuses erronées, divisant l’unité de la oumma musulmane, violant le droit public et des individus, abusant des cultes tels que la zakat et la sadaqa, détruisant les paroles de la vérité, kalima-i tawhid, au nom du dialogue.

 

2.      FETÖ ouvrit des écoles et mena différentes activités dans la région eurasienne pour soit-disant apporter l’identité musulmane anatolienne et remplir le vide éducatif causé par le démantèlement du Bloc de l’Est dans la région eurasienne. Les institutions créées étaient une partie, les mécanismes d’un projet visant à réaliser des aspirations politiques dissimulées. Au final, FETÖ n’apportera nullement une véritable connaissance de l’Islam ni l’enseignement, ces populations furent dans la désillusion totale, leurs attentes spirituelles motivées par l’Islam ne furent nullement pourvues, elles furent profondément déçues et un savoir religieux erroné, falsifié leur fut inculqué.

3.      De nombreuses personnes aux sentiments sincères, éprouvant de la sympathie pour cette organisation éprouvèrent un grand regret et coupèrent court leur relation avec cette organisation en raison de toutes les douloureuses expériences vécues. Il est évident que toute personne dotée de lucidité, de clairvoyance se tiendra éloignée de ces centres effroyables. Se rendre compte de ses erreurs et et de ses égarements est la plus grande des vertus. La porte de la repentance est toujours ouverte.

4.      Les organisations telles que le DAECH et El-Kaïda, n’ayant aucun antécédent, aucun fondement religieux, historique et sociétal dans les pays de la région eurasienne et basant leurs actions sur le Coran et la Sounna, sont des organisations terroristes déformant le Coran et la Sounna. Ces organisations ont à la fois endommagé les concepts religieux traditionnels de ces régions eurasiennes et se sont également efforcées de rassembler constamment des hommes à leurs organisations. FETÖ se prépara un terrain en présentant un “Islam modéré” par l’intermédiaire des concepts tels que le dialogue, l’indulgence, l’amour et la paix face à ces organisations radicales. Bien que ces organisations paraissent opposées, elles se nourrissent entre elles et sont en réalité des centres malveillants instrumentalisant les sentiments nationaux, religieux, humains et les valeurs des hommes par différents moyens pour leurs propres objectifs finaux. Ainsi, elles se retrouvent dans leur tentative de briser l’union, la solidarité des populations musulmanes, de créer des divisions religieuses, des conflits, le désordre, le chaos au sein des populations musulmanes pour préparer ces pays et les soumettre à l’invasion.

5. Ces organisations donnèrent de nombreux fatwas que la jurisprudence musulmane ne peut approuver outre la déformation des concepts islamiques tels que le tawhid, le takbir, le jihad, l’appartenance, la ja’mah, l’imam pour leurs intérêts personnels. Montrer légitime la façon de parvenir à leurs objectifs par le biais du terrorisme et de la terreur, approuver les attaques suicides et rendre les harams halals pour la taqiyya (dissimulation), tels sont les exemples les plus flagrants de cette exploitation de la religion. Une fatwa approuvant la violence, la terreur, le terrorisme, rendant le haram de la religion halal, rendant le halal de la religion haram ne peut être considérée légitime qu’importe les raisons. Nous pouvons remarquer tristement que dans les médias occidentaux en particulier et dans certains milieux, des tentatives d’associer l’Islam avec le terrorisme sont très fréquentes. Prononcer Islam et terrorisme ensemble ne peuvent en aucun cas être accepté.

6. Les dispositions les plus importantes à prendre pour prévenir l’exploitation de la religion ci-dessus énoncée, est d’assurer un enseignement de la religion fiable et suffisant aux jeunes générations. Il devient évident que des méthodes d’enseignement soient actualisées afin de pouvoir toucher l’esprit actuel et ne pas se contenter des méthodes éducation-enseignement, héritées de l’histoire face à la dispersion socio-religieuse vécue à l’époque moderne, à l’ère des idéologies. Pour lutter plus efficacement contre ce genre d’organisations, les institutions religieuses doivent devenir plus influentes, des programmes pouvant véhiculer le véritable sens de l’Islam doivent être préparés dans le domaine de l’éducation religieuse. Dans ce contexte, les entreprises au sujet d’“Un Centre de Recherches Islamiques Eurasien » doivent être débutées dans les plus brefs délais afin de prendre en main l’héritage culturel, historique et religieux de la région eurasienne par le biais d’une approche interdisciplinaire.

7.      Les écoles de la jurisprudence et les écoles orales émergeant des communautés musulmanes au cours de l’histoire, ces écoles approuvées par les musulmans expriment la diversité et la richesse scientifique existant dans la culture musulmane. De ce fait, il faut donc éviter les explications et les interprétations religieuses menant vers tous conflits religieux, ethniques et doctrinaux. Toute appartenance mise au dessus de l’appartenance religieuse doit être rejetée.

8.       Depuis les premiers temps de l’Islam, l’Eurasie, de la Transoxiane aux Balkans, façonnée par la sagesse et la science, est région de la civilisation dont la tradition est ancrée dans la voie principale de l’Islam. Des travaux efficaces doivent être conduits, une conscience commune doit être formée afin de lutter contre toute expansion idéologique et contre toute doctrine ne concordant pas avec le tissu historique, social et religieux de la région eurasienne. Le Conseil Eurasien de l’Islam doit être considéré tel une opportunité importante d’une éventuelle collaboration à une époque où des divisions basées sur les doctrines, les ordres religieux surviennent dans de nombreuses régions du monde musulman. Parce que lorsque les pays du Conseil Eurasien de l’Islam sont pris en compte, la protection et le renforcement de la religion, les similitudes culturelles, l’harmonie des communautés musulmanes dans ces pays représentent une garantie importante contre les divisions intra-civilisationnelles dans le monde musulman.

9.      Une hostilité excessive, une haine, une inimité contre l’Islam vit le jour après le 11 septembre, menant des activités islamophobes, jusqu’à demander de rendre compte du drame humain en Syrie des enfants musulmans vivant en Europe. Il est une obligation de conduire des travaux, basés sur la sagesse, parlant une langue universelle pouvant éliminer les perceptions erronées de l’Islam et menaçant de plus en plus les champs d’existence des musulmans dans le monde.

10.  De nos jous des centres idéologiques attrayants sont formés en utilisant les technologies de communication contemporains. Ces centres sont utilisés tels des outils pour l’exploitation de la religion en raison de l’intérêt et du penchant en particulier des jeunes générations pour la technologie. Les groupes religieux pervertis, les mouvements se focalisant sur le terrorisme sont de plus en plus accessible sur internet et les médias sociaux, facilitant ainsi l’utilisant active par les jeunes musulmans de ces derniers. Ainsi il faut protéger nos jeunes des viles propagandes dans le monde virtuel, revoir et renouveler les moyens et les services religieux classiques afin de trouver les moyens de transmettre les connaissances religieuses correctes par le biais des moyens technologiques. Il faut développer des projets sur du moyen et long terme dans le domaine de la presse religieuse et des médias. Dans ce contexte, les institutions religieuses doivent être renforcées et des connaissances religieuses justes et fiables doivent être développées. Une plateforme commune entre les membres du Conseil sous la direction de la Présidence des Affaires Religieuses (Diyanet), doit être formée dans le domaine médiatique.

11.  Les développements dans le monde musulman des dernières années accentuèrent l’importace du Conseil Eurasien de l’Islam. Le statut institutionnel du Conseil Eurasien de l’Islam doit être davantage fortifié, comme ce fut souligné lors des décisions des Conseils précédents, afin de renforcer l’efficacité et de développer la fonctionnalité du Conseil. Dans ce contexte, il fut décidé que les études du Secrétariat du Conseil Eurasien de l’Islam, Secrétariat, constitué à Istanbul, soit menées sous forme d’un programme afin que le Conseil Eurasien de l’Islam puisse continuer ses opérations et ses études. Il fut également décidé de constituer une commission d’exécution en complément, une Commission de Fatwa, une Commission des Services Religieux, une Commission de l’Enseignement Religieux, une Commission des Aides Humanitaires et des Actions de Bienfaisance et une Commission des Médias et des Editions Religieuses au sein du Conseil.

BEĞEN