LA GÉNÉROSITÉ

439

    La générosité s’accroche d’abord au riche, mettant une distance entre lui et ses biens. Si cette distance n’existe pas, la propriété s’identifie à la personne et résiste pour ne pas s’en séparée.  À ce stade, lorsqu’une personne fait un don, une forte impression de perdre une part de soi naît en elle.

    La générosité régule une certaine mesure. Pour que la générosité devienne une caractéristique d’une personne riche, il faut qu’elle éprouve au moins une fois le plaisir de « donner ». L’émotion qu’un individu éprouve lorsqu’il soulage la détresse d’une personne dans le besoin s’infiltre dans toutes ses pensées et ses actions, détruit son état antérieur et le redéfinit.

    “L’âme est comme la mèche de la lampe, et le caractère est comme l’huile de cette lampe. Si l’un de ces deux l’emporte sur l’autre, la luminosité de la lampe sera perturbée » dit Al-Fârâbî. Le feu tire son énergie de l’huile qui brûle à travers la mèche et continue ainsi à brûler jusqu’à ce que l’huile s’épuise. Le feu représente le désir d’une personne de faire des actions, ce feu peut brûler sur la mèche, c’est-à-dire sur l’âme. Sans le désir, il ne serait pas possible d’agir. Le fait que les choses faites soient bonnes, correctes et belles résultera aussi de l’huile brûlante, c’est-à-dire du caractère de la personne. Le plaisir, né de l’acte de “donner” s’agrippe au caractère de la personne et se transforme en générosité, puis donne un sens à chaque émotion et pensée en affectant tous les bons traits du caractère de la personne. Ainsi, il se transforme en un feu qui est vu par tout le monde, vers lequel il se dirige en se précipitant.  La générosité réorganise le motif lumineux de la lampe en faveur des riches et des nécessiteux. De plus, cela garantit que l’huile de la lampe ne s’épuise pas. La générosité est le feu de la lampe et se voit de loin. Une personne emprisonnée dans une pièce sombre est capable de repérer très facilement un brin de lumière et de s’y diriger.

    Une personne peut vouloir se tourner vers la lumière des autres pour sortir de ses propres ténèbres. La lumière de chacun est différente. Or la plus puissante et la plus efficace qui affecte une personne sur cette terre est la lumière de la lampe sur laquelle brûle le feu de la générosité. Si une personne commence à construire sa moralité personnelle avec la générosité en se tournant vers cette puissante lumière, elle commencera aussi à définir et réaliser son existence à travers les autres. Lorsqu’elle commence à se voir, toutes les portes qui compléteront sa propre existence s’ouvriront devant elle une à une.

    Celui qui est en position de servir est celui qui empêche le monde de l’envahir en l’occupant. Il a été généreux avec ses connaissances, ses bonnes manières et ses efforts. Ce qui semble être de la faiblesse chez les autres se manifeste comme de la force chez les généreux. Chacun se tourne vers lui pour tirer quelque chose de ce pouvoir, pour résoudre ses problèmes, et il le glorifie constamment.

    Le généreux est comme un cuisinier habile qui peut cuisiner avec des ingrédients à portée de main différents plats, tout en voulant que tout le monde goûte ses plats et les rend accessibles à tous. L’habileté du cuisinier émerge lorsqu’il utilise les ingrédients de différentes manières et avec modération. C’est acquérir de nouveaux goûts, de nouvelles saveurs, c’est-à-dire faire gagner du bon sens. Le généreux recrée à la fois lui-même et la société dans laquelle il vit et assure sa continuité.

Ali Necip ERDOĞAN