LA VICTIMISATION CHRONIQUE

125

    Dans la vie, il peut y avoir des jours où nous nous sentons impuissants et sans espoir. C’est totalement normal. Cependant, au fil du temps, si cet état émotionnel se transforme en une croyance à la suite de nombreuses répétitions, il commence alors à se propager à toutes nos actions de la vie. Il y a une différence entre dire « Je me sens impuissant » et « Je suis une personne impuissante ». Dans l’un, nous entendons un état émotionnel temporaire, dans l’autre, nous entendons une approche néfaste qui imprègne la vie.

    La victimisation chronique est aussi un état d’esprit qui se forme par l’implantation de nombreuses croyances et affecte directement les choix de la personne. Parmi les composantes de base de la psychologie de la victimisation chronique figurent les sentiments, les pensées et les attitudes telles que l’impuissance, l’inutilité, le complexe d’infériorité, le fait de blâmer les autres, l’apitoiement sur soi et la recherche d’excuses pour les échecs.

Comment savoir si vous êtes une victime chronique ? 

  • Vous vous demandez « pourquoi moi ? » quand il vous arrive quelque chose.
  • Vous croyez que le monde extérieur est contre vous et ne vous donnera pas ce que vous voulez.
  • Vous ne vous sentez pas maître de votre vie. Vous craignez qu’à tout moment quelqu’un vienne ou que quelque chose se produise et que votre vie en soit bouleversée.
  • Vous gardez toujours vos objectifs bas ou vous vous sabotez pour ne pas les atteindre avec diverses excuses.
  • Vous trouvez des excuses pour tout. Vous cherchez toujours les responsables à l’extérieur.
  • Vous blâmez souvent les autres pour vos propres erreurs, omissions, problèmes et échecs. Une phrase que nous avons l’habitude d’entendre dans les couples est « Je suis malheureux à cause de toi ». C’est une peine de victime chronique.
  • Vous avez toujours besoin de quelqu’un d’ingénieux autour de vous qui prend soin de vous et assume des responsabilités en votre nom.
  • Vous constatez généralement que vous avez tendance à penser avec un seul point de vue.
  • Vous vous sentez toujours inadéquat à l’intérieur. Les attitudes de perfectionnisme qui est une aile de l’inadéquation, peuvent également prévaloir dans votre vie. Le perfectionnisme peut vous empêcher d’agir. En perdant du temps avec des détails inutiles, vous pouvez manquer le point principal et ensuite tomber dans une position d’échec.
  • Vous commencez à apprécier d’être plaint ou d’être dans des situations pitoyables. Cependant, à de tels moments, vous remarquez que vous êtes le centre d’attention et que vous êtes aimé.

Comment guérit en nous la victime chronique ?

    La transformation la plus fondamentale est de pouvoir dire : « Je suis responsable de ma vie ». Maintenant, les excuses et les accusations sont retirées de nos vies et le changement vient à l’ordre du jour.

    De plus, l’un des éléments les plus importants du changement est la sensibilisation. Notre cerveau a besoin d’un effort conscient pour donner un sens à ce qui se passe. Reconsidérer à travers une psychothérapie les sentiments, les pensées et les croyances telles que l’impuissance, l’insuffisance, la culpabilité ou le blâme qui alimentent la conscience de la victime permet de briser les schémas de la victime. Dans le cadre de la psychothérapie, des efforts sont faits pour transformer le désespoir en affirmation de soi et en détermination, l’apitoiement en estime de soi et la recherche de l’approbation des autres en un mécanisme d’approbation interne. Ainsi, il vous devient possible de vivre une vie plus proche de votre potentiel, d’être en paix avec vous-même et votre environnement, de vous fixer des limites saines, d’être conscient de vos responsabilités et d’ouvrir la porte à la vie dans le cadre de vos objectifs.

 

Cihan ULUÇ

BEĞEN