LES COMPORTEMENTS QUI NUISENT AU MARIAGE

153

Le mariage demande des efforts, de la patience et de la persévérance. Il n’y a pas d’image définitive du bonheur dans le mariage, il faut le reconstruire à chaque instant.

J’aimerais parler de quelques sujets et comportements à éviter pour les couples qui souhaitent renforcer leur mariage, maintenir leur bonheur ou guérir leurs relations endommagées.

La critique destructive

     Nous parlons de critiques destructrices qui visent la personnalité, les caractéristiques physiques plutôt que le comportement et contiennent une généralisation excessive. Dans la critique destructive, nous définissons le problème comme la faute de notre partenaire. Par exemple, « comment peux-tu être si insensible et égoïste ! » Quand on dit ça, on ne se focalise pas sur le problème, on attaque notre interlocuteur.

Un mariage sain exige une satisfaction mutuelle et équilibrée de nos besoins émotionnels et physiques. Nous pouvons exprimer nos plaintes et nos besoins calmement, doucement, dans le respect et sans généraliser. Par exemple, au lieu de dire « tu ne m’aides pas du tout », dire plutôt « je suis tellement fatigué que je ne peux pas faire ce que je dois faire, j’ai besoin de ton aide. » Avec cette approche nous serons plus susceptibles de faire entendre notre voix à notre conjoint(e).

 Être sur la défensive

     La prise de conscience de l’impact négatif qu’on a sur le couple est la tâche la plus difficile. C’est pourquoi il peut nous falloir du temps pour réaliser à quel point cela a nui ou continue de nuire à la relation et arrêter d’être sur la défensive. Un comportement défensif émerge à la suite de critiques, la personne critiquée n’accepte aucune responsabilité et ne voit pas son erreur. Se défendre constamment sans essayer de comprendre la plainte ou l’accusation de notre conjoint(e) montre que nous évitons toute responsabilité dans la relation. Alors qu’essayer de voir notre part de responsabilité et l’accepter verbalement au lieu de la rejeter avec des défenses telles que : « je l’ai fait, mais demandes-moi pourquoi je l’ai fait ? », « tu as commencé le premier », « tu exagères » empêchera notre mariage de se transformer en champ de bataille.

L’humiliation

     L’humiliation et le mépris peuvent à eux seuls détruire un mariage. L’humiliation est l’un des plus grands signes annonciateurs du divorce. Dès que nous réalisons que ce poison se mélange dans notre mariage, nous devons activer l’antidote et créer une culture d’appréciation en faisant passer le message : « Je te vois, je t’entends, tu existes et tu es précieux. »

La construction d’un mur

     Elle se manifeste surtout lorsque la violence de la dispute augmente, l’un des conjoints n’écoute pas l’autre, quitte le lieu, se ferme mentalement à son conjoint ou sa conjointe, coupe la communication à travers la colère ou l’ignorance. Lorsque la tension physique et mentale de la personne augmente et que la communication ainsi que l’interaction s’arrêtent soudainement, la discussion devrait être interrompue pendant une vingtaine de minutes. Il est meilleur de  ralentir la discussion avec une pause avant qu’elle se coupe totalement. Si nous parvenons à nous détendre physiologiquement et mentalement en s’éloignant pendant cette pause de vingt minutes, alors la tension de la discussion aura baissé au retour.

Deviner la pensée et l’intention du conjoint ou de la conjointe

     Penser que vous savez ce que pense votre conjoint même si vous n’avez aucune preuve de ses pensées envers vous ou votre relation. Par exemple « Tu t’es excusé, mais je sais que tu t’en fiches. » ou « la famille ne signifie rien pour toi, tout ce qui t’importe c’est ton travail. » ou « tu es venue te promener avec moi mais à contrecœur. ». Ce genre de comportement intimidera notre conjoint au fil du temps et il arrêtera alors de s’exprimer et de communiquer. Plutôt que de lire dans ses pensées ou ses intentions, accepter l’affirmation de notre conjoint(e) comme vérité ou avoir une approche telle que « j’ai l’impression que tu penses de cette façon, est-ce vrai ? »  portera la communication à une dimension plus saine.

La comparaison

     Comparer votre conjoint à qui que ce soit est l’un des ennemis les plus importants du mariage. La comparaison affaiblie notre confiance en soi, déclenche notre colère et nous fait ressentir inutile à tout âge et dans toutes les relations. Au lieu de comparer notre conjoint à quelqu’un d’autre, voir et apprécier ses caractéristiques positives et ses efforts augmentera la qualité de notre relation conjugale.

Adopter un point de vue négatif

C’est choisir les choses négatives et toujours se concentrer sur elles au point de ne pas remarquer les choses positives. Pour l’aisance relationnelle au sein du mariage, les deux parties doivent découvrir la bonté et la beauté de son partenaire et les augmenter. Les gens se concentrent souvent sur les défauts de l’autre personne, mais restent aveugles et sourds à leurs propres défauts.

Être aveugle face aux besoins de l’autre

     C’est oublier que notre conjoint(e) a aussi des besoins et des attentes envers nous. Par exemple lorsqu’il dit « j’ai besoin d’être aimé, j’ai besoin d’attention, j’ai besoin de repos. » Nous devons être sensibles et attentionnés envers notre partenaire.

Analyser psychologiquement et diagnostiquer votre conjoint(e)

     Dans cette attitude destructrice, fréquemment rencontrée ces derniers temps, l’un des conjoints diagnostique l’autre comme étant narcissique, borderline, paranoïaque, obsessionnel ou addict. Cependant, de tels diagnostics ne peuvent être posés que par un spécialiste, à l’aide d’un examen psychiatrique, d’un entretien familial, de tests réalisés à l’échelle psychiatrique. Personne ne peut diagnostiquer qui que ce soit avec les livres qu’il lit, les films ou les documentaires qu’il regarde. La personne qui pense que son conjoint a besoin d’une aide psychologique doit de manière appropriée le persuader de consulter un spécialiste.

Même dans les relations les plus heureuses, il y a des conflits et des disputes. Ce qui détermine le degré de bonheur dans notre mariage n’est pas l’absence de conflits, mais la façon dont nous les gérons. De tous nos conflits et disputes, il existe des moyens de se comprendre, de renforcer notre communication et de rendre notre relation plus sûre. Les conflits sont fonctionnels et ce qui tournera le conflit en notre faveur est notre intention, notre approche et nos compétences en communication.

 

Betül YILMAZ EMİNSOY

 

BEĞEN