LES LIENS DE PARENTÉ

162
« Celui qui respecte les liens de la parenté n’est pas celui qui rend le bien par le bien, mais c’est celui qui continue à les entretenir même si ses proches les rompent. » (Bukhari, Adab, 15)

Les liens de parenté sous-entendent l’établissement et le maintien de bonnes relations familiales ainsi que la visite des proches.

Effectivement, l’un des sujets les plus soulignés dans le Coran est les liens de parenté. Dans le cadre du verset suivant, Allah swt recommande de donner à nos proches ce qu’ils méritent : « Et donne au proche parent ce qui lui est dû ainsi qu’au pauvre et au voyageur (en détresse) ! Et ne gaspille pas indûment. » (İsrâ, 17/26). De plus, le Coran impose l’aide et de la charité envers les proches par ce verset : « Certes, Allah commande l’équité, la bienfaisance et l’assistance aux proches. Et Il interdit la turpitude, l’acte répréhensible et la rébellion. Il vous exhorte afin que vous vous souveniez. » (Nahl, 16/90)  Notre religion interdit la désobéissance au sujet des droits et devoirs envers les parents. Le verset suivant peut-être cité : « Ô hommes! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être, et a créé de celui-ci son épouse, et qui de ces deux-là a fait répandre (sur la terre) beaucoup d’hommes et de femmes. Craignez Allah au nom duquel vous vous implorez les uns les autres, et craignez de rompre les liens du sang. Certes Allah vous observe parfaitement. » (Nisa, 4/1)

Ce sujet est longuement discuté dans le domaine de hadith notamment dans les livres prénommés « adab » (éthique). L’existence d’un nombre notable de hadiths qui encouragent le maintien des liens de parenté et qui mets en garde face à leur rupture est à souligner. Le chapitre intitulé « Les vertus de la parenté » (Bukhari, Adab, 10) de Bukhari est consacré à ce sujet. De plus, un hadith cité dans le chapitre, « Quiconque s’intéresse à ses proches, Allah continuera sa générosité » (Bukhari, Adab, 13), est le suivant : « Le nom Rahim est tiré du nom Rahman. Cette proximité avec « Rahim » est semblables aux racines entrelacées d’un arbre dense. Allah le Tout-Puissant dit : « Quiconque entretient des liens de parenté, je continuerai ma miséricorde envers lui, et quiconque rompt sa relation, je lui retrancherai ma miséricorde. » (Tirmidhi, Birr, 16). Dans ce cas, la parenté équivaut à des racines d’arbres denses entrelacées. Il est dit que lorsque les arbres sur la terre sont irrigués, ils fleuriront, porteront des fruits et mûriront.

Le Prophète (SwT) conseille aux croyants qui souhaitent prolonger leur vie et leurs moyens de subsistance de maintenir des relations avec leurs proches : « Que celui qui désire qu’Allah lui accorde une longue vie et accroisse sa subsistance soit bienfaisant envers ses parents et maintienne ses liens de parenté. » (Bukari, Adab, 85). « Un bédouin vint trouver le Prophète (SwT) et lui demanda : « Ô Messager d’Allah, indique-moi une action qui me fasse entrer au Paradis. » Le Prophète (SwT) répondit : « Adore Allah sans rien Lui associer, accomplis la salât, acquitte-toi de la zakat prescrite, et maintiens les liens de parenté. » (Muslim, Iman 12). Par conséquent, les liens de parenté doivent être cultivés à travers de douces salutations et des demandes de renseignements sur leur vie, et en leur rendant visite si nécessaire. Si nécessaire, l’aide financière ne devrait pas être négligée.

Il est souligné dans les hadiths qu’aucun retour ne doit être attendu concernant les relations familiales et que ces liens doivent être maintenus même avec ceux qui l’ont rompu. L’un des chapitres de Bukhari consacré à ce sujet est « Les liens de parenté ne peuvent pas être en répondants. »

Dans ce cas, la relation entre les proches ne doit pas être basée sur la réciprocité, bien au contraire, la relation doit être maintenue avec la personne qui a rompu la relation.

Celui qui donne de l’importance aux liens de parenté n’est pas celui qui rend la faveur qu’il reçoit de ses proches, mais celui qui leur fait du bien même lorsque son proche lui coupe la faveur. (Bukhari, Edeb, 15)

Un homme est venu voir le Messager d’Allah et lui a dit : « Ô Messager d’Allah ! J’ai des proches ! Je reste en contact avec eux, par contre ils ont coupé les ponts avec moi ! Je leur fais du bien, ils me font du mal ! Je suis gentil avec eux, ils sont grossiers avec moi ! Dit-il. Sur ce, le Prophète dit : « Si vous êtes comme vous le dites, vous leur ferez avaler de la cendre brûlante. Tant que vous continuez comme ça, Dieu vous donnera toujours une aide contre eux ! » (Muslim, Birr, 22)

Uqbah ibn Amir raconte : « Un jour, j’ai rencontré le Messager d’Allah (SwT). J’ai immédiatement tendu la main, mais il a agi devant moi et a pris ma main et a dit : « Ô Uqbah ! Dois-je vous parler de la moralité la plus vertueuse de ce monde et de l’au-delà ? » Puis il énuméra ce qui suit : « Vous entretenez votre relation avec vos proches qui ont coupé les relations avec vous, vous donnez à ceux qui ne vous donnent pas, et vous pardonnez à ceux qui vous persécutent. » [Hâkim, Mustadrak, VII. 2602 (4/162)].

D’autre part, le maintien de la parenté assurera non seulement le flux de miséricorde entre les êtres chers, mais garantira également que la miséricorde de notre Seigneur le plus Miséricordieux viendra à nous en grande quantité. En réponse à ce sujet, le Prophète a dit ce qui suit : « Qu’Allah reste en contact avec celui qui maintient le contact avec moi ! Qu’Allah coupe ses liens avec celui qui a coupé ses liens avec moi !  » (Musim, Birr, 17)

Dans ce contexte, il est précisé que ceux qui remplissent ce devoir recevront leur part de miséricorde divine en établissant une relation entre le nom d’Allah, Rahman et la famille des miséricordieux, et ceux qui la négligeront seront privés de miséricorde. Enfin, les croyants ne devraient pas affaiblir les liens de parenté auxquels notre religion attache une telle importance, mais devraient les renforcer. Il ne faut pas oublier que rompre les liens de parenté nous éloignera de la miséricorde, de l’amour et de la miséricorde d’Allah, et, selon les mots du Messager d’Allah, « celui qui coupe les relations avec ses proches n’entrera pas au paradis » (Muslim, Birr, 19).

Emine Demil

BEĞEN