REVOYONS LES SUBSISTANCES DE NOTRE VIE

52

عَنْ رَسُولِ اللهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ أَنَّهُ كَانَ يَقُولُ فِي دُعَائِهِ: اللَّهُمَّ ارْزُقْنِي حُبَّكَ وَحُبَّ مَنْ يَنْفَعُنِي حُبُّهُ عِنْدَكَ، اللَّهُمَّ مَا رَزَقْتَنِي مِمَّا أُحِبُّ فَاجْعَلْهُ قُوَّةً لِي فِيمَا تُحِبُّ، اللَّهُمَّ وَمَا زَوَيْتَ عَنِّي مِمَّا أُحِبُّ فَاجْعَلْهُ فَرَاغًا لِي فِيمَا تُحِبُّ

    Le Prophète (sws) avait l’habitude de prier ainsi : « Ô Allah ! Donne-moi ton amour et l’amour de toute personne dont l’amour me sera bénéfique à ton égard. Ô Allah ! Fait de toutes les subsistances que tu m’as donné une force pour moi pour te servir dans les domaines que Tu aimes. Ô Allah ! Fait de toutes les subsistances dont tu m’as privé un moyen pour que j’avance dans les choses que tu aimes. »

(Tirmidhi, Deavat, 74, [Hadith n° 3491])

 

Qu’est-ce que la subsistance (le rizq) ?

    Littéralement, cela signifie quelque chose qui est utile ou donné. Quand on regarde les versets et les hadiths sur le sujet, on voit que la subsistance ne se limite pas aux choses comestibles. « Ils dépensent de ce que nous leur avons donné ». (al-Baqara, 2/3) « Vous n’obtiendrez jamais le bien à moins que vous ne dépensiez des choses que vous aimez dans le sentier d’Allah. » (Âl-i İmran, 3/92). Lorsque nous lisons ces deux versets ensemble il est possible de considérer que tout ce que nous aimons est une subsistance (rizq). De même, le fait que le prophète Shuayb décrit le devoir de prophétie comme « une bonne subsistance » (Hud, 11/88) indique que la subsistance ne devrait pas se limiter aux choses matérielles. Encore une fois, dans le hadith ci-dessus, comme le Prophète l’a déclaré, l’amour d’Allah et l’amour de ceux qui le rapprocheront de Son amour/consentement sont aussi une subsistance. On voit qu’il y a beaucoup de choses autour de nous que nous pouvons considérer comme des subsistances.

    Si nous devions dresser une liste des subsistances que nous avons dans nos vies, nous écririons sans aucun doute en haut de la liste le fait d’être créé en tant qu’être humain. Être dans les rangs des croyants est une autre grande subsistance qui devrait prendre place en haut de cette liste. La santé, dont la plupart du temps nous ne sommes pas conscients, est une subsistance ; avoir une bonne épouse, un travail qui permet d’avoir un revenu halal et un repas qui n’a pas été mélangé avec du haram est aussi une subsistance. Avoir des amis fidèles, un savoir utile et une longue vie de servitude sont aussi des subsistances en soi. Parfois rire est une subsistance, parfois pleurer est une subsistance. De même, parfois posséder est une subsistance, et parfois être privé est une subsistance. Car, abandonné les choses qu’on aime ou en être privé est une épreuve au début. Si une personne montre de la patience face à l’absence de ces biens et se rapproche d’Allah en Le priant, cette privation devient une subsistance pour elle.

 

La réelle subsistance est la subsistance qui rapproche la personne d’Allah.

    Si tout ce qu’Allah donne comme subsistance rend le serviteur reconnaissant et le rapproche d’Allah, ce dernier sera à la fois une subsistance dans ce bas monde et dans l’au-delà.

    Mais, au contraire, si les choses que le serviteur possède ou dont il est privé le mettent en colère, cette situation peut être pour la personne une cause de tourment.

    Par conséquent, il devrait toujours considérer les bénédictions et les nuisances (troubles, malheurs) comme des subsistances, et apprécier chacune d’elles comme une opportunité d’obtenir l’approbation du Seigneur.

 

Ce que nous apprenons du hadith

  1. La subsistance n’est pas seulement quelque chose à manger et à boire. De plus, la subsistance n’est pas forcément les choses données par Allah ; parfois, une privation peut être une subsistance.
  2. Une personne devrait essayer de voir ce qu’elle a et ce qui lui manque comme moyen de se rapprocher d’Allah. Dans la mesure où elle le fait, elle sera l’un de ceux qui reçoivent des subsistances à la fois dans ce monde et dans l’au-delà.

 

Halil KILIÇ

BEĞEN