CE QUE LA PANDÉMIE NOUS A APPRIS

89

Deux ans en arrière, l’ordre du jour était complètement différent. La prolongation de la vie humaine ainsi que les répercussions de cette nouvelle réalité sur le monde, une nouvelle vie et un nouveau modèle humain étaient aux cœurs des débats. Désormais, se trouvant face à une pandémie, nous nous retrouvons à suivre non seulement la situation au sein de notre pays, mais aussi dans le monde entier ; pour ensuite faire les comparaisons par nous-mêmes. Indépendamment des étiquettes d’âge, d’origine, de titre, de confession religieuse, de revenu et de niveau d’éducation, chacun d’entre nous est resté coincé dans les deux catégories inférieures de la célèbre pyramide de Maslow décrivant la hiérarchie des besoins : survivre et se protéger ; de plus, nous essayons de protéger les autres.

Pendant ces longues journées de confinement, l’occasion de rester seule avec soi-même et sa famille s’est présenté ; dès lors, le regard sur de nombreux phénomènes de la vie a changé. Ce qui a donné cours à une prise de conscience intérieure et extérieure. Face à cette situation, la meilleure chose à faire était de se retourner vers son monde intérieur afin de revenir aux paramètres d’origine, notre vraie nature. Il est en notre pouvoir de tirer des nouvelles leçons des malheurs qui nous arrivent et de transformer ce désagrément en une commodité.

Alors que nous étions coincés dans un cercle vicieux de consommation excessive de ressources, de temps et de mains d’œuvres, nous avions pu constater que la vie pouvait continuer sans tous ces biens et toutes ces activités comme le shopping, les voyages, les sorties, dont nous pensions être indispensable et auxquels nous dépensions trop de temps.

Pourtant, nous ne sommes que des simples voyageurs dans ce monde ; et plus notre charge sera moindre, plus nous voyagerons confortablement. C’est pourquoi, ces jours-ci, nous devons nous poser cette question de plus en plus fréquemment quand nous voulons acheter : « en ai-je vraiment besoin ? Est-ce que ça vaut la peine d’acheter ? ». En effet, dans cette vie, les possibilités sont limitées et les désirs illimités.

L’humain, qui n’a su garder les mesures fixées par le Créateur, mentionné dans le verset suivant « Nous avons créé toute chose avec mesure. » (Al-Qamar 54:49), a eu par cette occasion l’opportunité de redécouvrir sa personne ainsi que toutes les créatures vivantes ou inanimées se trouvant autour de lui, et de comprendre l’importance de l’être humain, de la vie naturelle et de l’équilibre. Nous avions tous été surpris d’entendre que les canaux se sont remplis de poissons une fois que l’humain a arrêté de l’exploiter. Effectivement, lorsque nous ralentissons, nous constatons que la nature se renouvelle.

Nous avions tous la pensée que lorsque nous le souhaitons, nous aurons toujours le pouvoir de visiter nos proches, de voyager, de voir nos parents, etc. Or tout ceux-ci n’étaient que des bienfaits que nous n’avons pu juger à sa juste valeur.

N’est-ce pas une occasion en or de chercher un sens à la vie ?

Ce fut une période où l’argent n’a rien procuré en matière de liberté et de santé ; où les pauvres et les riches se rencontraient sur le dénominateur commun de la peur. À quoi bon se vanter ! Nous sommes tous dans une épreuve où l’argent, les biens et la notoriété n’ont de valeur. Qui aurait pensé que nous allions nous retrouver dans une telle situation ?

Il n’y avait plus de communication ou d’entraide. Personne n’avait le temps, tout le monde avait un travail très important que personne ne pouvait faire sans lui. Au cours de cette pandémie, la nécessité de remettre l’accent sur les notions de parenté, de voisinage et d’hospitalité a été mieux comprise. Alors que chacun vit confortablement et heureux dans sa tour d’ivoire, à l’heure où ses proches, parents, frères et sœurs et enfants sont laissés à huis clos, le coronavirus ne pouvait être qu’une bonne raison pour l’âme humaine…

Demain vient toujours. Cependant, il se peut que vous ou les personnes que vous chérissez, n’y sont pas… Reprenez-vous en mains, gardez un esprit clair et ne délaissez point la gratitude.

Hatice KURT

BEĞEN