INFAQ : LE REMÈDE LE PLUS EFFICACE CONTRE LE MATÉRIALISME

133

 

« Le fils de Adam dit : Mon argent ! Mon argent ! Mais qu’as-tu de ton argent ô fils de Adam ?
Tu n’as que ce que tu as mangé et qui a ensuite péri, que ce tu as porté comme habit qui s’est ensuite usé ou ce que tu as donné en aumône que tu as fait perdurer ». 

(Muslim, 2958)

 

Un jour, un homme vint voir le Prophète (sws) et lui demanda : « Ô Messager d’Allah ! Quelle est la meilleure aumône ? Le Prophète (sws) lui répondit : « C’est l’aumône que tu fais quand tu es en bonne santé portant l’ambition d’économiser et de collectionner des biens, que tu crains la pauvreté pour ta vie future et convoites la richesse. Ne retarde pas l’aumône à tes derniers instants où tu vas te mettre à t’exclamer « Donnez tant d’argent à untel ! » ou « je lui lègue tant ! », alors que tu vas quitter ce bas monde.» (Bukhari, Wasaya, 7.).

Alors que le hadith ci-dessus révèle clairement à quel moment l’infaq (la dépense dans le sentier de Dieu) devrait être réalisé, il est également important de savoir ce qu’est l’infaq, pourquoi nous le faisons et à quoi nous devons faire attention.

Qu’est-ce que l’infaq ?

Infaq, qui signifie consommer, extraire, dépenser, fait référence aux aides financières telles que la zakat, la fitra, l’aumône et toutes sortes de dépenses effectuées pour obtenir l’approbation d’Allah. L’infaq peut se faire avec des biens matériaux ainsi que par toute action de charité. À cet égard, en plus de toutes sortes d’aides financières, tous les comportements qui peuvent être considérés comme caritatifs, comme le partage de ses connaissances et de son expérience avec les autres, sont également de l’infaq.

Pourquoi l’infaq?

Mentionnée au tout début de notre Livre Saint, l’infaq est, après la foi et la prière, la troisième caractéristique des croyants pieux (Al-Baqara, 2/ 3.). Elle permet de faire prendre conscience que les biens appartenant à la personne lui sont confiés et que le véritable propriétaire des biens est uniquement Allah. C’est un acte d’adoration important. Dans les versets qui ordonnent la charité cette vérité est mise en évidence : « Ils dépensent de ce que Nous leur avons donné comme subsistance. » (Al-Baqara, 2/3; Al-Anfal, 8/3; As-Sajda, 32/16.) Avec l’infaq bien qu’il semble y avoir une diminution quantitative des biens à première vue, le capital restant est béni et augmente en qualité. De plus, le croyant qui pratique l’infaq restreint son avidité et sa passion pour les biens matériels ; il se débarrasse de la dépendance à la substance (propriété) et purifie son âme.

Comment faire l’infaq?

Il est également extrêmement important de savoir comment faire l’infaq. Tout d’abord, notre Seigneur Tout-Puissant nous informe que les dépenses doivent provenir des choses que nous aimons, sinon nous ne pourrons pas avoir une bonté absolue et une foi parfaite. (Âl-i İmran, 3/92.) En pratiquant l’infaq, un croyant ressent la paix d’accomplir un ordre de la religion ; d’autre part, il est conscient que le plus grand bénéfice du bien fait sera pour lui-même, et il n’adopte jamais une attitude qui offensera la personne à qui il donne. De plus, il faut garder à l’esprit qu’il faut éviter l’hypocrisie et se faire valoir en dépensant ; il ne faut pas oublier que le bien donné est cédé pour l’amour d’Allah, et non pour l’amour de quelqu’un d’autre.

Ce que nous avons appris du hadith :

  • L’homme, qui est disposé en raison de sa nature à cumuler les biens mondains retient son avidité et sa passion en pratiquant l’infaq ; il se défait de l’éventualité de devenir l’esclave de la propriété.

  • L’infaq qui est fait uniquement pour l’amour d’Allah, est le meilleur moyen de rendre permanents (investissement pour l’au-delà) les biens matériels qui sont en soi temporaires.

Halil KILIÇ
BEĞEN