L’ENFANT ET LE JEU

38

L’enfant et le Jeu

Lorsque nous faisons un voyage mental dans nos années d’enfance, la première chose qui nous vient à l’esprit sont les jeux auxquels nous avons joué et nos camarades de jeu. Et quand on parle de ceux qui ont vécu pleinement leur enfance, on imagine des enfants qui ont joué à des jeux dans ces années de leur vie et qui n’en ont pas été empêchés. Car un enfant qui ne joue pas est un enfant dont le développement n’est pas terminé.

Le jeu est un élément vital qui éduque et divertit l’enfant, et est également une partie indispensable de son développement. C’est, comme le dit Montaigne « le jeu devrait être considéré comme l’activité la plus sérieuse des enfants ». Nous pouvons également considérer le jeu, qui a des aspects réels mais aussi imaginaires, comme une simulation de la vie. Car le jeu prépare l’enfant à la vie en le changeant et en le transformant dans sa forme la plus simple.

Bien que le jeu soit pour les adultes un passe-temps et un amusement, c’est une exigence essentielle pour les enfants. Garry Landreth a dit notamment que « les oiseaux volent, les poissons nagent, et les enfants jouent. » Il affirme que le jeu est un besoin inné du développement de l’enfant. Ghazali, quant à lui, affirme que le jeu a une place importante dans l’éducation de l’enfant. Selon lui, le jeu détend l’enfant, renouvelle sa mémoire et augmente sa capacité d’apprentissage.

L’enfant essaie de satisfaire sa curiosité envers la vie par le jeu. La curiosité est une condition qui développe l’enfant. Grâce au jeu, l’enfant crée de nouvelles inférences selon lui. Ainsi, il apprend des choses que personne ne peut lui apprendre, en les expérimentant dans le jeu et améliore sa productivité. Il trouve l’opportunité de décharger son énergie accumulée.

Le jeu contribue également au développement physique, mental, social et affectif de l’enfant.

Courir, sauter, travailler les muscles des mains, des bras et des jambes soutiennent son développement corporel et lui donnent de l’agilité. L’enfant essaie des tactiques en recherchant et en planifiant par le jeu. Ainsi, le jeu devient un processus mental qui stimule l’apprentissage de l’enfant. On peut aussi appeler le jeu l’entraînement mental de l’enfant. Le jeu est également un langage de communication commun qui permet aux enfants de se rencontrer et de se mêler les uns aux autres. A travers le jeu, l’enfant acquiert des compétences sociales telles que la coopération, le respect des règles, le partage, le respect des droits des autres et l’entraide.

Le jeu a également un aspect thérapeutique et curatif.

Les enfants expriment souvent leur détresse mentale dans un langage comportemental. Ils nous disent par leur comportement « Attention, j’ai un problème ! ». Ici, des experts du domaine entrent dans le monde de l’enfant en utilisant des jouets et des symboles qui remplacent les mots par la technique de la thérapie par le jeu. Encore une fois, l’enfant apprend les sentiments de perte et de gain par le jeu et se développe émotionnellement.

Asuman DUZGUN

BEĞEN