NE SOUS-ESTIMEZ PAS LES DESSINS ANIMÉS !

191

NE SOUS-ESTIMEZ PAS LES DESSINS ANIMÉS !

La télévision est aujourd’hui l’outil médiatique de masse le plus répandu, elle agit comme une fenêtre sur le monde et a sa place dans de nombreuses familles. Après le décroisement de son prix, l’ouverture des chaines privés ainsi que l’influence de cette dernière sur les individus en particulier les enfants, la télévision s’est accrue au cours des deux dernières décennies dans notre pays. Bien que cela ait des effets positifs, tels que rapprocher les choses, accroître les connaissances et montrer des modèles de comportement qui présentent des comportements positifs, la recherche sur les médias et les enfants se concentre principalement sur les effets négatifs des médias sur les enfants.

Avec la modernisation, les rues ont disparu et les enfants ont plus de temps pour rester à la maison. Parents occupés, nounou désintéressée, les dessins animés sont rentrés insidieusement dans la vie des enfants. Les enfants montrent de plus en plus d’intérêt pour ces productions, qui devient une énorme industrie d’où il attire encore plus les petits chaque jour. Les enfants d’aujourd’hui passent plus de temps devant l’écran, notamment à regarder des dessins animés. Et malheureusement, beaucoup de ces dessins animés ne sont pas innocents !

Des études montrent que les enfants d’âge préscolaire passent en moyenne 23,8 heures par semaine à regarder la télévision dont 89,9 % représente les dessins animés regardé.

Par conséquent, les enfants qui passent beaucoup de temps devant la télévision accepteront inévitablement le comportement, la pensée et les caractéristiques générales des personnes qui peuvent être des modèles. En outre, nous remarquons que les filles qu’aux garçons, les personnes de bas revenu par rapport au haut, des parents moins instruits qu’au plus instruit et les établissements de campagne par rapport aux établissements de villes sont beaucoup plus influencé par ces comportements. Nous constatons aussi que les mauvais comportements sont plus influencés que les bons.

 

L’impact négatif des dessins animés sur les enfants

Diminution de la fonction cognitive : Selon des études, les enfants regardant la télévision (dont des dessins animés) en moyenne 3 à 4 heures par jour sont 30 à 40 % plus susceptibles d’avoir un manque d’attention et un trouble d’hyperactivité qu’aux autres enfants. Lorsqu’un enfant regarde la télévision, il est privé d’une variété d’excitations neuronales, de sorte que le volume cérébral est toujours de 20 à 30 % plus petit qu’un enfant normal. La télévision entraîne l’attention des enfants paresseux et ralenti le développement des fonctions cérébrales.

Se tourner vers la violence : Les dessins animés considérés comme innocents et drôles contiennent plus de violence que la vie réelle. Aujourd’hui la violence est considérée comme un problème social majeur qui peut être facilement transmise aux enfants à travers des dessins animés sans surveillance.

Les enfants qui regardent des dessins animés violents se battent plus que ses camarades ; ils sont plus nerveux, agressifs, impatients et obstinés ; ils sont peu sensibles à la douleur et à la souffrance de l’autrui. Quand on observe les dessins animés de notre enfance nous constatons que la violence est au centre, tels que He-man (Musclor), Voltran, Bugs Bunny, Tortues Ninja, Popeye…

Dans ces derniers, tout est permis et acceptable pour vaincre le ‘mal’ (!).

De plus, le fait que le personnage principal soit récompensé après son comportement violent influence beaucoup plus l’enfant à le prendre exemple. L’absence d’expressions chez le personnage principal telles que les actes de violence, la douleur amène les enfants à accepter la violence plus facilement.

Conduite aux comportements dangereux : En particulier les jeunes enfants apprécient leurs héros et s’identifient à eux. En raison de cette identification, ils croient que des comportements surréalistes tels que voler, sauter et voir des choses invisibles dans le contenu des dessins animés peuvent également se produire dans la vie réelle et peuvent les essayer et mettre leur vie en danger.

Mauvaises habitudes alimentaires : La présence des aliments industriels, des biscuits et du chocolat attirent l’attention des enfants dans les dessins animés, les publicités et dans les séries télévisées. Ce qui a donc un impact négatif sur leurs habitudes alimentaires.

 

Détachement de la réalité : Les dessins animés contenant de la magie déforment non seulement la perception de la réalité par les enfants, mais leur font également savoir qu’ils peuvent facilement obtenir des résultats.

Restreindre le développement physique : Les enfants développent leurs petits et grands muscles grâce à divers jeux et apprennent spontanément de nombreux mouvements grâce aux jeux. Les enfants fixés et concentrés à la télévision, limite leur capacité de mouvement et restreint le développement des muscles.

Perte de la tradition : Dans les dessins animés, la croyance des héros, les rituels religieux et les choses considérés sacrés peuvent être rapidement acceptés par les enfants. Un enfant qui croit en la mobilité totalement fausse et fictive du monde de la bande dessinée peut avoir des difficultés à s’adapter aux traditions de la société dans laquelle il vit, ou peut s’écarter de ses traditions. Par exemple, les poupées bien-aimées des filles, les chevaux ailés et les super-héros, indispensables aux garçons, interpellent d’un tout autre monde. Ces héros n’ont pas de relation familiale fixe. Ils représentent le type de vie séculière et la personnalité qui rompt avec la tradition. Ce sont des héros virtuels détachée des valeurs religieuses et nationales.

Retard du développement du langage : En raison du peu de mots utilisé dans les dessins animés, le vocabulaire de l’enfant appauvrit. La corruption linguistique est due à l’utilisation erronée, d’une mauvaise tournure et d’une aspiration a une langue étrangère avec la langue turque.

Perdre l’innocence de l’enfance : Certains héros des dessins animés amènent les enfants dans le monde des adultes sans préparation psychologique et physique… Ces héros ont une vie parfaite. Ils sont physiquement parfaits. Ils sont presque inaccessibles en termes de beauté ou d’efficacité.  Cette situation fait que les enfants ont une obsession malsaine pour la beauté et le pouvoir ; une personnalité altérée conduit à une faible confiance en soi et à une altération de la connaissance de soi. Dans certains dessins animés, l’intrigue entre les héros contamine le cœur innocent des enfants et le langage des héros traite les mots désagréables dans leur cœur pur.

L’impact des dessins animés sur les ventes de produits

Les enfants constituent un énorme marché de vente de produits. Le moyen d’influencer ce groupe d’âge qui manque de réflexion indépendante et de capacités d’analyse passe par les dessins animés.  Le fait que des personnages de dessins animés ou des célébrités puissent faire un éloge du produit promu dans la publicité fait croire à l’enfant que le produit est bon en identifiant le personnage qu’il aime dans le produit et en ayant le désir de le posséder. Bien que les jouets semblent créer une variété de perceptions, ils sont en réalité utilisés dans une large mesure comme un outil pour transmettre la même mentalité. Tous les enfants du monde sont acheteurs du même jouet, donc leurs modes de vie sont également les mêmes. De plus les enfants qui jouent avec de tels jouets oublient les jouets locaux : porteurs d’identités et de valeurs sociales dont ils disparaissent après.

Alors, que faire ?

Les parents doivent être sélectifs lorsqu’ils regardent des dessins animés ou d’autres programmes ; en particulier les enfants ne doivent pas regarder des dessins animés contenant la violence et ayant un impact négatif sur le développement des enfants d’âge préscolaire. Dans les dessins animés pour enfants d’âge préscolaire, hors le plaisir, il est également nécessaire de maîtriser les caractéristiques de base liées à l’éducation. Le principe de « l’éducation par le plaisir » devrait être efficace dans les dessins animés. Les enfants ne devraient pas être préoccupés par la violence, mais plutôt par les dessins animés divertissants et éducatifs. Lors du choix des dessins animés télévisés, une coopération entre les experts et les programmeurs doit être établie, en particulier pour les dessins animés pour enfants d’âge préscolaire. Les dessins animés nationales qui reflètent notre propre histoire, culture, coutumes et traditions devraient accroître.

 

Gülsüm İnal Karapınar

BEĞEN